Techniques et Montages

La pêche à la nymphe est certainement la technique de pêche à la mouche la plus difficile à maîtriser. Et pourtant, c'est une technique essentielle si vous voulez être un pêcheur à la mouche complet. La raison en est simple, les truites se nourrissent à plus de 90% de larves et nymphes en profondeur. Un pêcheur, qui ne sait pas pêcher en nymphes, sera limité dans ses actions : quand, quelle mouche et où pêcher?
  Je vais essayer de donner les bases de la pêche en nymphe, mais la seule façon d'apprendre est d'aller en rivière et de surmonter les premières frustrations de cette techniques. Plus vous gagnerez en expérience, plus vous en apprécierez la finesse.
 Les nymphes sont des insectes  qui sont dans leur stade aquatique et qui se transformerons en insectes ailés pour se reproduire.  A droite, quelques images de larve d'éphémères (fouisseuse, agrippeuse, nageuse), de demoiselle, de perle et de sedge. (Voir les informations sur les pages larves)
  Elles se nourrissent de débris, micro-plancton ou comme les larves de libellules sont carnivores. Elles sont au fond, sous les pierres, enfouies ou dissimulées dans les herbes. Ces nymphes deviennent la proie des truites lorsqu'elles sont entraînées par le courant ou qu'elles quittent leurs refuges pour éclore.
 En imitant  une nymphe, toute votre action de pêche se passe sous l'eau, vous ne verrez pas votre mouche. Aux 2 dimensions de la pêche en sèche, s'ajoute la profondeur, et comme votre mouche doit être près du fond, elle tape les cailloux, branches, herbes qui créent des chocs que le débutant prend pour des touches. Il faut la faire descendre rapidement au bon niveau, d'où le lest, plomb, bille de laiton ou tungstène et lancer avec précision. Et tout ceci sans dragage, une truite n'acceptera pas une nymphe qui va plus ou moins vite que le courant!
 Enfin pour rendre la pêche plus difficile, une truite n'attaque pas la nymphe, elle la prend doucement comme elle fait  avec une nymphe naturelle, ( mais la rejette rapidement si elle sent une anomalie). Ferrer devient donc difficile et vous devez être concentré sur le moindre déplacement de côté, ralentissement.... Un  indicateur de touche peut être d'une grande aide pour les détecter, il permet aussi de régler facilement la profondeur de dérive.
 Avec des waders, ne pas entrer dans l'eau tout de suite, pêcher la bordure et progressivement entrer dans le courant.
 Combiner les 3 lancers ci-dessous pour explorer toutes les veines d'eau.
 Lancer amont en travers: Similaire à la technique mouche noyée, lancer en amont du poste de la truite, lancé ondulé ou mieux en pile pour donner du mou et laisser descendre la nymphe à la bonne profondeur, à la fin de la dérive sans dragage,  comme en noyée, votre nymphe va décrire un arc et remonter vers la surface. Reprendre quand toute la soie est en aval et refaire un 2éme passage, lancer plus ou moins en amont pour varier la profondeur....
 

 

 Lancer 1/4 amont: C'est la méthode la plus aisée pour un pêcheur en waders, elle est peu différente de la technique sèche. Lancer amont, ondulé,  en pile ou décalé, laisser descendre en reprenant  de la soie, repositionner si nécessaire vers l'amont pour que la nymphe atteigne la bonne profondeur. En fin de dérive accompagner la soie ( devenue très courte) pour continuer le mouvement vers l'aval, lever, un faux lancer et reposer. La soie doit être sur la côté de la truite et ne jamais passer au dessus du poste. 
 Si la truite est profonde, il faut un long BdL, lancer très en amont et combiner un lancer en pile et décalé!
 Lancer amont:  C'est la technique la plus efficace et la plus difficile, lancer votre nymphe dans la veine d'eau directement en amont, lancer court, pêcher si possible sous la canne ( pas ou peu de soie sur l'eau), lever la canne et reprendre la soie pour garder le contact sans induire de dragage.
 Laisser la nymphe venir jusque dans vos pieds, si vous avez été discret dans votre approche, une truite peut-être très proche.